Tout l’historique de la SSO

L’histoire de notre société commence avec Marcel Caubet, masseur kinésithérapeute à Fougères en Ille et Vilaine. Il se forme à la sophrologie à partir de 1969 près de Raymond Abrezol en Suisse, près de Jacques Donnars en France et près d’Alfonso Caycedo en Espagne. Marcel Caubet est le premier breton à partager l’aventure et souhaite faire connaître la sophrologie dans l’Ouest. Il organise alors une réunion d’information à Rennes et  au mois de novembre 1972 a lieu le premier cours de sophrologie en Bretagne, dispensé par les docteurs Dumont et Abrezol.

La sophrologie va peu à peu s’enraciner dans notre terre bretonne.

L’enseignement étant beaucoup moins formalisé que maintenant, les sophrologues « fraîchement formés », comme les appelait Marcel Caubet, vont se rassembler et continuer de rencontrer des sophrologues de renom pour « parachever » la formation. Des journées, des week-ends s’organisent.

La liste des intervenants est riche dans l’histoire de la sophrologie et c’est ainsi que Saint-Malo, Mur de Bretagne, Brasparts accueillent Raymond Abrezol, Roland Cahen, Jacques Donnars, Yves Davrou, Henri Boon, le docteur Bruston et Monsieur Stevenin, Victor Copain, Bernard Forget, Christian Desmarty d’Armaillac, Alain Donnars, Yves Donnars.

Ces sophrologues de renom viennent en Bretagne partager leur connaissance, soutenir l’enseignement, la transmission et la créativité.

Porté par l’élan et l’enthousiasme de Marcel Caubet, un groupe de travail se met en place et définit les statuts d’une association.

« La société bretonne de sophrologie » voit le jour.

En 1976 le groupe de travail change de nom et devient : « Société de Sophrologie de l’Ouest ».

Bernard Santerre succède à Marcel Caubet et devient le nouveau président de l’association en 1978.

Les journées de travail sont régulières. Bernard Santerre, directeur de l’école de sophrologie de Rennes, perçoit bien l’importance de cette association comme une suite à la formation, pour se ressourcer, s’entraîner, partager, réfléchir, s’interroger. Il la soutient et la développe avec une régularité exemplaire.

Ils nous ont quitté tous les deux en 2010 et 2011, nous laissant orphelins de ces liens inauguraux, mais ils nous ont fait un merveilleux cadeau : la SSO.

Françoise Gaudin à son tour assure la présidence de 1990 à 1998. Sur cette période, la SSO très proche de l’ISR, cherche une autonomie pour se démarquer de la formation en tant que telle et se recentre sur les liens à tisser entre les sophrologues formés.

Entre 1998 et 2014, sous l’impulsion et avec le dynamisme contagieux et bienveillant de Marie-Edith Pinel, la SSO trouve un régime de croisière riche et singulier. La SSO acquiert une identité propre et devient un espace repéré pour les sophrologues de l’Ouest.

Sylvie Fermin, la nouvelle présidente, ouvre l’année 2015 et reprend le flambeau avec un nouveau CA. Beaucoup de jeunes diplômés ont rejoint le groupe et nous sommes très heureux de les accueillir.

Autour de ces 5 présidents sur une période de 40 ans, il y a eu des conseils d’administration, des trésoriers, des secrétaires et un nombre impressionnant de sophrologues à se rassembler. C’est peut-être pour cela qu’elle perdure la société et qu’elle ne cesse de nous étonner par sa vitalité en toutes circonstances. Rassembler des sophrologues, c’était le projet pour continuer de tracer le chemin, le sillon, polir et patiner l’outil, partager l’amitié, la joie, la bonne humeur.

Merci à tous ceux et celles qui ont participé à l’aventure, merci à toutes les énergies croisées et bienvenue à tous ceux et celles qui nous rejoignent.